Phishing : attention à l'usurpation d'identité

Le FBI mène une enquête sur un créateur de virus qui emprunte son identité. Pour tenter d'infecter les internautes, le créateur de Sober.K a notamment prévu un message semblant émaner du FBI, qui déclare que le destinataire a visité des sites Web illégaux. Une stratégie qui ne plaît pas du tout aux autorités américaines.

On voyait mardi que la nouvelle variante Sober.K, un ver informatique qui se propage par pièce jointe aux courriels, utilise notamment le prétexte d'une vidéo osée de Paris Hilton ( love.gif ) pour inciter les internautes à ouvrir un fichier contaminé.

Mais pour maximiser l'impact de son asticot, le créateur de Sober.K a également prévu d'autres messages, notamment une soi-disant alerte du Federal Bureau of Investigation qui déclare:

«Nous avons enregistré votre adresse IP sur plus de 40 sites illégaux.
Important : veuillez répondre à nos questions!
La liste de questions est annexée en pièce jointe.»

Afin d'avertir les internautes qu'il s'agit d'une supercherie, le FBI publie un communiqué sur son site Web.
Le service américain y précise que ces courriels ne proviennent pas de son service et que l'«ouverture de fichiers joints provenant d'un expéditeur inconnu est un acte risqué et dangereux, car ceux-ci contiennent fréquemment des virus qui peuvent infecter l'ordinateur du destinataire.»

Le FBI termine sur un ton menaçant en soulignant qu'il prend cette question au sérieux et qu'il mène une enquête.